Retournement de cerveaux : Université populaire

Dates : 1er au 26 juillet / Lieu : Paris

AssiégéEs lance la première édition de "Retournement de cerveaux" : université populaire, radicale et racisée. Les modules seront les thématiques de la revue, accessibles  et en plus c'est gratuit. 

Vous êtes à Paris cet été, venez nous retrouver en fin de journée après le travail et le week-end. Les horaires seront adaptées pour les personnes faisant le Ramadan.

Ouverture des inscriptions le 11 avril 2015 

 


#ONSECAPTE : S'inscrire à notre newsletter

 

 

* indicates required
 

Recherche pour photoshoot

Nous recherchons des femmes de 16 à 20 ans pour un photoshoot intitulé : « Niafou is the new punk ». L'idée est de faire de cette expression est synonyme de swag et de fraicheur, contrairement à pensent pouvoir dicter et définir ce qui fait de nous des « bonnes » femmes noires.  Cette série photo accompagnera l'article intitulé « Niafou Is The New Punk »  à paraître dans le n°1 de la revue AssiégéEs. Les séances photos auront lieu le samedi 11 et le samedi 18 avril. Nous comptons sur vous pour briser les lentilles de l'objectif avec votre swagance ! 

Si vous souhaitez participer ou plus d'infos, contactez-nous ici : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., en mettant si possible le lien vers votre Intagram/Twitter/Facebook et indiquant votre âge. 

 

Dates : 

11 AVRIL de 10h à 18h / 75011 - Paris

18 AVRIL de 10h à 14h / 75012 Paris

 Lien vers l'article 

 

 

 

 

 

 

 

#1 L'Étau

AssiégéEs vous présente son premier numéro :

L’étau

 

Dessin de couverture : Tableau de Fatomousso 

 

Côté France : on parlera de nos vies prises dans des systèmes d’oppression et d’exploitation multiples, ainsi que des injonctions politiques qui contribuent à nous rendre  la vie impossible : antiraciste ou féministe ? matérialiste ou queer ? lutte globale ou lutte minoritaire ?  On réfutera ces fausses alternatives en rendant visibles nos positions, véritables impasses pour les mouvements traditionnels, alors même que depuis nos positions situées, on peut penser la résistance contre ce système pourri : travailleuse du sexe noire assassinée dans l'indifférence générale, queers raciséEs dans le monde du travail, politique de respectabilité destructrice envers les jeunes filles noires et arabes, violences à la fois sexistes, racistes et lesbophobes dans l’espace public, marginalisation et exposition aux violences toujours plus grandes pour les trans raciséEs.

 

Allons au Québec : il semblerait que ce soit la nouvelle terre promise pour échapper aux racisme structurel... C'est avec regret que nous vous annonçons qu'il n'en n'est rien : blackface, livres racistes envers les haïtienNEs, représentations orientalistes exotisantes au musée. On parlera quand même des initiatives qui nous inspirent comme La Third Eye Collective, qui est tenue par des femmes noires et afro-descendantes qui se sont données pour mission de guérir et de s'organiser contre les violences sexuelles et étatiques. Elles mettent au centre de leur travail collectif les theories critiques de la race, la justice transformative, la responsabilité à l'égard de la communauté, et les approches de réduction des méfaits.

Retour en Europe : on fera aussi un petit stop par Londres pour le super texte de Momtaza Mehri : "Noires, britanniques et musulmanes : nous ne sommes pas juste une complication". Toujours à Londres : rencontre avec les membres du groupe anticapitaliste noir London Black Revs, dont la devise est : Combattre l'injustice quel qu'en soit le coût. Un programme qui nous parle !

Direction le Brésil : pour casser l’imaginaire eurocentrique et blanc résumant le Brésil à des femmes (blanches) nues sur les plages de Rio, et à des femmes noires disponibles sexuellement pour les touristes. Rien de mieux qu’un témoignage photo par Thaïs Alvarenga, photographe brésilienne noire faveleada et le coup de poing de Kely Cristina  racontant la réalité de mère célibataire noire de favela à Rio de Janeiro. De quoi revisiter les préjugés!

Dernier arrêt, le Kurdistan :  on décryptera la fascination plus que suspecte pour les combattantes kurdes dont témoignent les médias occidentaux.

Une pause et du selfcare : parce qu’il est compliqué de rejoindre des mouvements lorsqu’on est mal dans sa peau, on n’oublie pas le corps, avec un article sur comment s'aimer quand on est grosse et noire : décontruction, lutte et flamboyance !

Côté culture : de la poésie révolutionnaire, le porte-folio "Niafiou is the new punk", des séries américaines analysées sous les angles: race, genre, classe, sexualité et politique de respectabilité. 

Et pour finir, nous publions la traduction d'un texte de Indeginous Action : "Des complices, pas des alliéEs: abolir le complexe industriel de l’AlliéE ". Nécessaire TOUS LES JOURS.  

 

Contributrices et contributeurs de ce numéro : 

Alexandra Wanjiku Kelbert ● Annette Davis   Amandine Gay    Dawud                                                        Elena Stoodley   Fania  Inès El-Shikh  João Gabriell  Kely Cristina   Kiyemis   LSG  ●                                   Marie-Julie  Massinissa G   Momtaza Mehri  ● Mrs Roots    Naouel    Octavia Pierre                                                                                                 Po B. K. Lomami    Tarek Lakhrissi    Thaïs Alvarenga ● Y.A.M

Rédaction 

Directrice de la publication  : Fania Noël 

Rédactrice en cheffe  : Naouel 

Directrice artistique : Sandra 

Community Manager : João Gabriell 

Illustrations :  Fatomousso & Maria Chantal 

Relectures et corrections : Mira  Awa ● Hanane ● Emy ● Assia 

Traductions :  Annette Davis  Imane ● Nadine 

Si vous êtes une association ou une librairie et que vous voulez commander plus de 10 exemplaires, merci d'envoyer un e-mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

TouTEs les contributrices/teurs de la revue sont des  femmes et/ou queers et/ou trans* raciséEs.